Recherche en cours
Veuillez patienter
Article

KASSOUL, Aïcha


Jean Sprecher, une autre façon de regarder l’Algérie


Titre du périodique ou du site internet : El Watan
Date : 18 mai


ISSN : ISSN 1111-0333
Date : 18 mai
Année : 2006
Commentaires : " Mon Dieu, comment peut-on être libéral ? Quel silence. Un entrefilet laconique a annoncé, il y a quelques jours, la mort de Jean Sprecher. Un nom qui rime avec celui, à peine plus connu, de Schoelcher, dont le combat vient d’aboutir à la date du 10 mai, commémorant l’officielle condamnation de la traite des hommes. Beau combat. Beaucoup de bruit pour de grandes choses. Jean Sprecher aurait pu être antiesclavagiste, mais comme il est né en 1930 en Algérie, il a décidé d’être antifasciste. A contre-courant d’un fascisme colonialiste, j’entends la voix de Jean Sprecher mort dans le silence. Non historien, non Algérien, Jean Sprecher s’invite à raconter une partie de l’histoire de l’Algérie, celle qu’il a vécue entre 1954 et 1962. A commencer par le début. Sans doute Jean Sprecher a-t-il fait exprès de naître le 1er janvier 1930, l’année du centenaire de l’Algérie. Tandis que la IIIe République, les professeurs les plus prestigieux, les esprits les plus fins pouvaient célébrer « l’Algérie, ce chef-d’œuvre colonial de la France », naissait à point nommé, à Constantine, un Français d’Algérie qui pensait tout le contraire..."