Recherche en cours
Veuillez patienter
Thèse

SALES, Kall Lyws Barroso
No Limiar da Tradução: Paratextos e Paratraduções de Le Gone du Chaâba de Azouz Begag
 
Lieu : PGET
Directeur de thèse : UFSC
Année : 2014
Pages : 123 p.
Type : Mémoire universitaire
Première inscription pour les thèses : ,
Langue : Portugais

Notations :

La présente étude traite des paratextes et paratraductions de la littérature Beur d’expression française qui, contenant nombre d’informations sur l’auteur et sur l’histoire de cette littérature, sont aussi responsables pour la présentation du traducteur. Analysant la littérature produite en langue française par les écrivaines et écrivains issus de l’immigration Maghrébine, on se rend compte que l’idée de langue maternelle est mutable, car elle est ce qu’on entend par langue du colonisateur, une langue imposée. La littérature francophone des auteurs Beurs cherche à transformer cette apparente hégémonie de la langue française et, ainsi, l’utilisation de paratextes est fréquente. On analysera donc les paratextes des deux éditions françaises du roman Le Gone du Chaâba de Azouz Begag et les paratraductions présentées par la traduction americaine, Shantytown Kid (2007), traduit par Alec Hargreaves et Naïma Wolf, et la traduction espagnole, El ninõ de las chabolas (2011), traduit par Elena García-Aranda. On classifiera les paratextes selon Genette et son oeuvre Seuils, traduit en portugais par Àlvaro Faleiros, Paratextos Editoriais (2009). On classifiera les paratraductions d’après le concept de Yuste Frías et son étude Au seuil de la traduction: la paratraduction (2010) et selon Marie-Hélène C Torres dans son livre Traduzir o Brasil Literário, paratexto e discurso de acompanhamento (2011). On montrera finalement que l’espace de ces ‘épitextes’ et ‘péritextes’ est nécessaire pour démontrer que la paratraduction est le lieu où on perçoit la visibilité du traducteur et du processus de la traduction, car c’est le lieu où le traducteur met en évidence sa voix.